Regard(s) /Begirada(k) /Mirada(s)

REGARDS.jpg

Le quartier de la gare comme terrain de jeu et expérimentation / Des œuvres en friction avec le quartier de la gare en mutation

Des artistes vont porter un regard sur leur territoire en mutation.

Des processus de création participatifs seront mis en place dans un calendrier propre à chaque projet entre janvier et octobre 2020.

Irantzu Piquero, CROQUIS URBAIN ET DÉRIVES
Pour commencer : Irantzu Piquero partagera avec vous les secrets du dessin de rue (urban sketching) en débutant une exploration visuelle collective sur le quartier de la Gare. 6 mardis, de 18h à 20h à partir du 10 mars.

Dans un deuxième temps, elle souhaite vous inviter à explorer lecroquis urbain en liaison avec le concept de dérives, une façon poétique de traverser les limites de la logique à la découverte de soi.

Pour elle le dessin de rue est un voyage pour apprendre à dessiner notre vie comme nous le voulons. Il nous permet de penser la réalité de façon visuelle, plus consciente et créative. Il nous aide à développer notre identité. Et nous donne la possibilité de transformer notre quotidien en quelque chose d’autre : l’art.

Alexia Papantchev, THÉÂTRE ET COLLECTAGE
Pour commencer : Alexia Papantchev débutera seule en arpentant le quartier de la gare du 16 au 20 mars pour recueillir des histoires.
Dans un deuxième temps, elle détournera les histoires collectées pour les raconter lors d’une balade dans le quartier. Ce sera l’occasion pour chacun de se rencontrer (voisins, figures du quartier, militants…), de partager leur quartier et sa géographie.

De cette rencontre, elle invitera qui le souhaite à jouer un rôle dans un parcours théâtral basé sur la mémoire du quartier et de ses habitants. Ce parcours sera créé collectivement et présenté au mois d’octobre.

Corine Cella, DANSE ET ENQUÊTE SUR LA NATURE SAUVAGE
Pour commencer : à partir du mois de juin Corine Cella vous invitera à des balades et actions pour observer les mauvaises herbes et la faune du quartier.

L’objectif est de développer une poésie sous forme d’enregistrements, d’écrits, de photographies, de danse ou autre avec comme point de départ la place de la nature « sauvage » dans l’espace urbain.

Par ailleurs, Corine engage une création chorégraphique avec des adolescents hendayais, un travail qui sera mis en parallèle avec le travail d’enquête sur les zones sauvages ou naturelles du quartier.

Autres artistes sont à venir en cours:

Les bibliothèques humaines par Imanol Espinazo.

Et toi? C’est quoi ton regard ? inscris-toi ici: contact@borderlinefabrika.eus

[EUSKERAZ]

Artista ezberdinek hartuko dute parte. 2020ko urtarriletik urrira bitartean proiektu bakoitzean prozesu parte hartzaileak jarriko dira martxan.

Oraingoz definituak dauden proiektuak hauexek dira:
Irantzu Piquerok Ispilua(k) deituriko proposamenean hiriKrokisaren bidez auzoko leku huts eta arkitekturalak artatuko ditu. Martxoaren 10ean hasita 6 asteartez gehienez 12 pertsonako talde batekin elkartuko da 18ak eta 20ak artean geltokiko auzoan zehar Kale marrazkia lantzeko. Izena emateko idatzi honera: contact@borderlinefabrika.eus
Alexia Papantchev-ek Itzulia(k) deituriko lanean memoriari buruzko lana osatuko du, antzerkia eta kontakizunaren lanabesen bidez. Martxoko astebetez auzoan ibiliko da jendea galdekatuz, materiala bilduz. Irailean zehar jende multzo batekin batera auzoan zehar ibilaldi ikuskizuna osatuko du, Urrian ospatuko den jaialdian eskainiko dena.

Corine Cella-k, Basa izeneko lanean naturak hirigunean duen lekua galdekatuko du, landare edo animaliaren lekua, lan koreografiko parte hartzailean. Jende multzo bat gonbidatuko du auzoan zehar ibili eta haien begirada gara dezaten proposatutako gaiaren inguruan. Diziplina ezberdinetako proposamenak gidatuko ditu azken elaitza bati begira. Bidean dauden beste zenbait proiektu:

Giza liburutegia, Imanol Espinazoren eskutik.

Eta zu? zein da zure begirada? eman izena hemen: contact@borderlinefabrika.eus